5 rituels à adopter pour être en forme

chokadelika-a-chacun-son-rythme-pour-etre-en-forme

Se lever et se coucher tôt, manger léger, rire, courir… à chacun sa stratégie pour garder la forme. La meilleure ? Celle qui vous est la plus naturelle. Pour trouver la vôtre, apprenez à écouter les rythmes de votre corps.

Un coucher à l’heure qu’il vous faut
Le sommeil est un outil essentiel de récupération. Lorsque nous ne dormons pas assez, il est difficile d’être au top de notre forme. Cependant trop de sommeil peut nuire tout autant. Nous sommes tous inégaux devant nos nuits : les uns ont besoin de dix heures de sommeil, les autres se contentent facilement de cinq ou six. De même, certaines personnes éprouvent le besoin de se coucher de bonne heure, alors que d’autres ne sentent le sommeil les gagner qu’après minuit.
Apprenez à respecter votre envie de dormir. Le reste de la famille se couche plus tard que vous ? Tant pis ! Dès que vous sentez vos paupières picoter, couchez-vous. Essayez au maximum de respecter vos besoins de sommeil. Si votre rythme de travail vous en empêche, récupérez dès que vous en avez la possibilité (pendant les week-ends et en vacances).

Une sieste si vous avez besoin
Nos rythmes biologiques nous poussent à dormir la nuit, bien sûr, mais aussi en milieu de journée. La sieste n’est pas un signe de paresse. C’est, pour certains, un atout forme indispensable.
Nous n’avons pas tous sommeil après le repas de midi, car nous ne ressentons pas tous de la même manière cette rupture de rythme. Alors, si vous avez régulièrement une baisse de tonus et de vigilance en milieu de journée, offrez-vous une pause. Il suffit d’un gros quart d’heure pour recharger les batteries. Même sur votre lieu de travail, essayez de vous éclipser pour vous reposer ou faire un exercice de respiration ou de relaxation. Vous serez d’autant plus en forme le reste de l’après-midi, et vous vous sentirez beaucoup moins fatigué(e) le soir. D’où des nuits encore plus reposantes.

Un repas au bon moment
Pour être en forme, il n’est pas forcément nécessaire de préparer vos repas avec un tableau nutritionnel dans une main et une calculette dans l’autre ! Mieux vaut manger selon les rythmes de votre corps.
Essayez, aussi, au maximum de suivre votre appétit, tout en préservant une alimentation structurée. C’est-à-dire en commençant la journée par un petit déjeuner complet, composé d’un produit céréalier, d’un laitage, d’un fruit, et d’une boisson. Puis, un déjeuner équilibré, autour d’une source de protéines (viande, poisson…), accompagné de légumes et féculents, complété d’un laitage et d’un fruit. Si nécessaire vous pouvez prévoir une collation dans l’après-midi : un fruit, un laitage, un produit céréalier, pour vous aider à patienter jusqu’au dîner, sans grignoter. Et le soir, le mieux est de se contenter d’un repas léger : par exemple des légumes (soupe ou crudités), un peu de poisson ou une tranche de jambon, un produit laitier, un fruit.

chokadelika-a-chacun-son-rythme-pour-etre-en-forme-bis

Du temps pour vous
Le tempo de notre moral est particulier à chacun. Certains se sentent “raplapla” le matin au réveil, d’autres démarrent sur les chapeaux de roues. Certains sont d’humeur égale, d’autres connaissent des variations en dents de scie, alternant tonus et déprime… Essayez de percevoir votre rythme et de le respecter.
Tâchez de prévoir des plages de distraction. En fonction de votre planning, gardez du temps libre, même s’il est bref, au cours duquel vous pourrez vous laisser aller à improviser votre vie. Au choix, vous ferez les boutiques, vous irez voir un film au cinéma, vous vous plongerez dans un bon livre, vous préparerez un petit plat… Peut-être même en profiterez-vous pour ne rien faire, ou juste écouter de la musique. L’essentiel est que ces petites plages soient à vous, rien qu’à vous !

Un carnet de bord
Pour repérer son propre rythme, il suffit de tenir un carnet de bord. Prenez un cahier et séparez les pages en quatre colonnes. Dans l’une, notez les heures où se manifeste votre envie de dormir ; dans la seconde, les moments où vous avez faim ; dans la troisième, les variations de votre moral (si vous en percevez). Enfin, dans la quatrième, répertoriez les imprévus, les contrariétés, les émotions fortes… Essayez de le faire sérieusement pendant une dizaine de jours, vous verrez peut-être se dessiner des tendances.
D’abord, vous comprendrez l’effet des émotions sur vous : elles vous font manger davantage, elles vous donnent envie de dormir ou vous dépriment… Une fois écartés ces comportements dictés par des évènements extérieurs, vous constaterez qu’il y a une régularité dans votre façon de manger, de dormir, de vous détendre. Plus à l’écoute de votre corps, il vous sera alors plus facile de garder la forme !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.