Comment se développe le goût chez les bébés ?

chokadelika-gout-bebe.jpg

Du ventre maternel à la première tétée, du petit pot au repas de grand, que de découvertes et de satisfactions ! Que de grimaces aussi ! Comment élargir la palette gustative des bébés pour mieux leur apprendre à conjuguer besoin et plaisir… Suivez le guide !

Quand bébé fait-il sa première expérience du goût?
Bébé n’est pas encore né qu’il connaît déjà les plats consommés par sa mère. Dès la septième semaine de gestation les cellules du goût apparaissent, et le fœtus s’initie aux saveurs en avalant du liquide amniotique. A la naissance, le bébé a un penchant inné pour le sucré, ce qui lui permet de reconnaître le lait maternel, sucré lui aussi. (C’est pourquoi les nutritionnistes et les pédiatres incitent les parents à habituer très tôt leur enfant à goûter un maximum de saveurs, pour ne pas sur dimensionner leur penchant naturel pour le sucré)Pour les enfants allaités, la découverte des saveurs se poursuit, les aliments forts (asperge, ail…) laissant leur empreinte dans le lait maternel.

Comment développer le goût de bébé ?
En veillant à lui donner les aliments séparément afin qu’il identifie clairement chaque goût et détermine s’il l’apprécie ou non. C’est entre 4 et 6 mois que bébé rencontre ce nouvel univers gustatif : les textures changent, les sons diffèrent (bruit de la cuillère sur l’assiette, mastication), la saveur est plus prononcée, les couleurs et la température de la nourriture varient. Peu à peu, ces éléments vont former son goût. Plus tard, il sera également important de diversifier ses plats, car plus l’offre est variée, plus sa palette de saveurs a des chances de s’enrichir.
Par ailleurs, cet éveil aux saveurs ne relève pas que d’une question de papilles. Les émotions sont également en jeu : avec qui mange le bébé ? Sa mère ou la personne qui le nourrit, est-elle détendue ? Autant de facteurs dont il faut tenir compte pour qu’un enfant ait un bon rapport à l’alimentation…

Comment l’aider à apprécier tous les aliments?
Faites du repas un jeu. Connaître les noms des aliments, les sentir, les goûter permet à l’enfant de les apprivoiser. Répondez à ses questions, faites-le participer à la confection des repas et rendez les aliments attrayants : couleur, présentation… S’il rechigne devant un plat, proposez-le-lui à différentes reprises, mais ne le forcez pas : cela ne ferait que le bloquer davantage. Autre erreur à ne pas commettre : le chantage au dessert, qui risquerait d’attiser son aversion pour les plats salés et d’augmenter son attirance pour le sucré. La finalité d’un repas n’est pas de lui faire terminer son assiette à tout prix, mais de lui montrer que manger est une nécessité… et un vrai plaisir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.